Thursday, July 23, 2015

"Hannibal" et "Chard" : leur tour de force du 23 juillet 2015 à propos de l’affaire Gröning, comptable à Auschwitz


« Hannibal » jamais ne déçoit, mais là, il se surpasse. Son article d’aujourd’hui dans Rivarol (p. 12) s’intitule « Supplique d’un aide-comptable stagiaire à A... ». On aura saisi l’allusion à l’ancien SS Oskar Gröning qui, comptable ou aide-comptable à Auschwitz pendant la guerre et maintenant âgé de 94 ans, vient d’être condamné à quatre ans de prison par le tribunal de Lüneburg pour complicité dans l’assassinat de 300 000 personnes. 

            Vraiment ? Il aurait participé à un assassinat de cette dimension ? La réponse est non. A franchement parler, il n’est même complice d’un seul assassinat. Il n’a pas touché un seul cheveu de détenu juif ou autre. Mais voici que, pour son malheur, il s’est simplement trouvé là où il ne le fallait pas et au moment où il ne le fallait pas non plus. Se passant de toute recherche de preuve d’un crime et de toute recherche d’un témoignage, le tribunal de Lüneburg s’est fondé sur « la notoriété publique » pour affirmer que, dans la période où O. Gröning s’est trouvé au camp, 300 000 personnes ont été gazées par d’autres personnes que ce dernier. Pendant qu’il comptait des sous confisqués aux prisonniers à leur entrée en prison (et qu’il allait falloir restituer à leurs propriétaires à leur sortie de prison) et pendant qu’il s’employait à distinguer marks, roubles, dollars et autres devises, d’autres SS, à bonne distance, gazaient tant et plus les arrivants. Pour son juge, le jeune Gröning ne pouvait pas ne pas le savoir, il ne pouvait pas ne pas le voir, il ne pouvait pas ne pas le sentir. D’ailleurs, passant à confesse, Gröning avait fini par admettre l’existence de ces gazages et même, allant plus loin, il avait tenu à faire savoir urbi et orbi qu’il réprouvait les efforts des « négationnistes » qui – horreur ! – contestaient l’existence des chambres à gaz. Oui, il se sentait coupable. Oui, il aurait dû tout faire pour obtenir une nomination ailleurs qu’à Auschwitz.

            Le cheminement d’un esprit, d’une âme : rien de plus complexe parfois. Le juge qui, pour condamner un innocent, en vient progressivement à fouler aux pieds toute loi et tout droit. L’innocent qui finit par refuser de plaider son innocence. Voyez les procès de sorcellerie, ceux d’autrefois, ceux d’aujourd'hui. Renseignez-vous simplement sur les procès pour révisionnisme où le prévenu n’est pas si bête que d’aller affronter les idées reçues et, en conséquence, cherche à collaborer avec son juge ou sa jugesse. Lisez Dostoiëvski. Et puis, non, vous n’en avez pas le temps. Alors contentez-vous de lire Hannibal qui, en trois quarts de page, réalise la prouesse de tout nous expliquer. Lisez-le ligne à ligne. Mot à mot. Jusqu’à en saisir les nuances, les subtilités, les sous-entendus. Il connaît son affaire dans ses moindres replis. Et, s’il prend à la fin un air si dégagé, ironique et plaisant, c’est que, pour le connaisseur qu’il est, les jeux sont faits : les charlatans ont perdu la partie, les révisionnistes l’ont gagnée. Irrémédiablement.
            Au passage, saluons Chard pour son dessin, tout aussi subtil et qui, lui aussi, en dit tant en si peu de mots tremblotants.

Monday, July 13, 2015

Good news: Fritz Berg admits that Zyklon is explosive

Post by Friedrich Paul Berg Sun Jul 12, 2015 10:58 am 
A NEW essay from Faurisson – new to me – is just one more huge fiasco by Faurisson. http://robertfaurisson.blogspot.com/2015/07/a-document-among-others-stating.html

Faurisson obviously STILL has no idea that many German gas chambers were often equipped with forced ventilation systems (
Kreislauf) containing powerful blowers and ductwork for supply and return of gases to every part of a gas chamber which allowed anyone to thoroughly and e-a-s-i-l-y ventilate railroad cars, or corpses, or food produce, or almost anything in small fractions of the time needed 
compared with only natural ventilation. Ventilation times were reduced from 24 hours, or longer – to just minutes with forced ventilation depending on the size of the blowers. That kind of monumental ignorance show here by Faurisson is inexcusable – even for a professor of literature. He really is a "techno-idiot" – and Fred Leuchter is hardly any better as his total misreading of the DUPONT MSDS from 1985 proves so clearly.

BTW, I am also quite sure that I have never claimed, contrary to Faurisson's opening line, 
"that there is no document stating that Zyklon is explosive." Zyklon-B famously contained a stabilizer to help prevent explosions, not from flames, but from chemical breakdown and instability which could still cause old and damaged cans to be dangerous--and perhaps even explode. Faurisson is, of course, "losing it"--but he never had it to begin with.

Also, the document NI-9912, that Faurisson provided so proudly in pdf form, says something quite different from what Faurisson asserts with a heavy asterisk. Under "Explosionsgefahr" it says that since cyanide is explosive a-b-o-v-e 75 grams/meter one need NOT really worry since only about 8-10 grams/meter are used for fumigations. That would also suffice for mass murder.  Of course, Faurisson just does NOT get it –nothing new there at all!

But another cause for utter confusion for Faurisson is that the document says that the gas should NOT come in contact with a flame or hot wire since that would cause the cyanide to burn slowly (
langsam
– no "explosion") and leave less and less cyanide available to fumigate whatever. The concern here by DEGESCH  is NOT about explosions but rather about losing whatever ability the remaining, unburned gas has to kill the vermin. Faurisson will never understand that either. 

Please read also: http://www.nazigassings.com/Railroad.html

Friedrich Paul Berg

Learn everything at: http://www.nazigassings.com 
Nazi Gassings Never Happened! Niemand wurde vergast!!
There were NO “limited gassings!” There were NO homicidal Nazi Gassings at all!
Please visit and support generously: http://www.gaschamberhoax.com
http://www.nazigassings.com/Railroad.html


Fred Leuchter’s comment (July 13, 2015)
 Fritz:  You are clearly lying when you say that you never stated the HCN was not explosive.  You should reread or, at least, rethink what you are saying.  And, no, there were no exhaust fans at any of the alleged gas chamber locations. You know, or should know, better.  I really think you need professional help.  

My own comment (July 13, 2015) 
Good news: Fritz Berg admits that Zyklon is explosive.    

Thursday, July 9, 2015

A document, among others, stating the explosive nature of Zyklon

The American Fritz Berg maintains that there is no document stating that Zyklon is explosive. He is wrong, as proved by the document NI-9912 (“NI” stands for “Nuremberg Industrialists”).
This document from the Nuremberg trials archives bears the title “Richtlinien für die Anwendung von Blausäure (Zyklon) zur Ungeziefervertilgung (Entwesung)”, i.e. “Guidelines for the use of prussic acid (Zyklon) for exterminating vermin (disinfestation)”. It was registered by the Allies on August 21, 1947. It has no date because it is a kind of prospectus of four very big pages divided in fourteen sections, all of it in eight columns. This prospectus of the Degesch firm (Deutsche Gesellschaft für Schädlingsbekämpfung, or “German company for the fight against vermin”) appears to have been posted on walls at places where operations of disinfection or disinfestation with Zyklon were carried out. In the very first column one section is entitled “Explosionsgefahr”, i.e. “Danger of explosion”; as is normally done in such cases, it indicates the parameters within which this danger exists in principle and those within which, also in principle, it does not exist. The manufacturers hide nothing of the dangers and complications of their product’s use.
Personally, I had found a mention of this document while reading the first edition of Raul Hilberg’s big book The Destruction of the European Jews (1961; 1967 printing, Quadrangle Books, Chicago, p. 567, note 55, reproduced in 1985 in note 70 on p. 886 of the “Revised and Definitive Edition” – Holms & Meier, New York & London – of the same work). Whilst Hilberg provided no extracts or details of NI-9912 but only its title, I was able to find the document itself at the Contemporary Jewish Documentation Centre (CDJC) in Paris, which I steadily frequented from the early 1960s until the beginning of 1977, when I was expelled under the threat, proffered by Master Meram, of being forcibly ejected should I ever return there. This document will be found attached, first in its original German version with some slight annotations written in my hand, then in an English version that is an improvement on the official translation made by Dorothea Galewski. Since the late 1970s I have exploited the contents of document NI-9912 (as well as document NI-9098) a good deal in my publications and conference talks, notably at a gathering organised in New York by F. Berg himself; shortly before he had welcomed me at his home, with his mother by his side. I have also published a French translation of NI-9912.
Combining the rich data of that piece with the material offered by my discovery at the Auschwitz State Museum on March 19, 1976 of the Auschwitz and Birkenau crematoria building plans (kept hidden there since the end of the war), I have been able to demonstrate the inanity of the “confession of Rudolf Höss”, one of the three successive commandants of the Auschwitz-Birkenau camp; according to him, when the screaming of the victims in the “gas chamber” had stopped, a ventilation apparatus was “immediately” (sofort) turned on and the members of the Sonderkommando, entering, disentangled and regularly removed up to 2,000 bodies. So we are told. “Bei Leichenschleppen assen sie oder rauchten”: while dragging out the bodies they ate or smoked. In other words, they wore no gas masks and did not care whether they caused an explosion. The stuff of novels! Given the dimensions of what, in reality, according to the plans that I had discovered, were mere “Leichenkellern” (depositories for corpses), gas would hardly have been necessary for the killing, since the 2,000 persons packed into a space of 210 square metres would have asphyxiated in a short time. In my book Mémoire en défense contre ceux qui m’accusent de falsifier l’histoire (“Memorandum in defence against those who accuse me of falsifying history”, Paris, La Vieille Taupe, 1980, 304 p.), appendix 13 (p. 165-178) was presented in the following terms: “The NI-9912 document: it annihilates all the alleged ‘testimonies’, without exception, on the use of Zyklon B to kill human beings”.
To install in a crematorium a “gas chamber” operated with a gas known for its risk of explosion (Explosionsgefahr) would have been the height of folly and madness. See crematorium no. I, that of Auschwitz-I: there was not the least separation between the room containing the ovens and the space described for us as having been a gas chamber (actually a corpse depository later transformed into a bomb shelter). Moreover, at the end, the gas removed by ventilation would quickly have reached the SS hospital standing just beside. See also crematoria nos. II and III, those of Auschwitz-II or Birkenau: here as well, at the end, during and after the removal of the bodies, nothing could have prevented the poisoned air from rising via the small lift shaft to the upper floor and the oven room. And finally, if the spaces were intended to serve either as a “Leichenhalle” (corpse depository or hall of crematorium no. I) or as “Leichenkellern” (corpse depositories or cellars of crematoria nos. II and III), can anyone tell me where the Germans would have been able to keep the bodies of civilians or soldiers that had to be cremated each day? What sort of thing would a crematorium with no room for keeping bodies awaiting cremation be?
I am chagrined at not being able to say more today. Time is short for me. At 86, a heart patient improvising as home nurse for his wife of 83, all the while in the calamitous position of facing six court cases at once, has but little time ahead of him. If, quite against my will, I have been led to write this note it is because I wish that F. Berg would cease his denial of simple facts and so put an end to his attacks against Fred Leuchter, Fredrick Töben and, to a lesser extent, Germar Rudolf. And then, perhaps his attacks against my person as well!
PS: F. Berg asserts that, if the Germans had wanted to murder Jews en masse, they had a weapon: the extensive hangars for disinfection of railway locomotives or carriages. He was mistaken. He should have remembered that killing a human being with Zyklon or HCN in practically any place does not in itself present too great a difficulty while, on the other hand, entering an enclosure to fetch and remove a single cyanide-infused corpse – or, as in the conventional narrative of “the Holocaust”, hundreds or thousands cyanide-infused corpses – is, or would be, another matter entirely. I have dealt so much with this subject and the extraordinary but indispensable complication of the execution gas chambers formerly used in the United States that I shall not go over it again here: a very brief summary of my position is at http://robertfaurisson.blogspot.fr/2009/09/on-possibility-of-mass-gassings-letter.html
July 9, 2015


Below, reproductions of three documents (click to enlarge):
1 - The Degesch prospectus in its original form 
2 - The same prospectus in English translation
3 - A page from Life magazine of December 22, 1947 relating a disastrous use of HCN for the fumigation of a house












Un document, parmi d’autres, signalant le caractère explosif du Zyklon


L’Américain Fritz Berg maintient qu’il n’existe aucun document signalant que le Zyklon est explosif. Il se trompe, comme le prouve le document NI-9912 (« NI » signifie « Nuremberg, Industrialists »).
Ce document, qui provient des archives des procès de Nuremberg, porte le titre de Richtlinien für die Anwendung von Blausäure (Zyklon) zur Ungeziefervertilgung (Entwesung), c’est-à-dire « Directives pour l’utilisation d’acide cyanhydrique (Zyklon) pour l’extermination de la vermine (désinfestation) ». Les Alliés l’ont enregistré le 21 août 1947. Il ne porte pas de date parce qu’il s’agit d’une sorte de prospectus de quatre très grandes pages divisées en quatorze sections, le tout sur huit colonnes. Ce prospectus de la firme DEGESCH (Deutsche Gesellschaft für Schädlingsbekämpfung ou Société allemande pour la lutte contre la vermine) paraît avoir été affiché sur des murs aux endroits où l’on procédait aux opérations de désinfection ou de désinfestation avec du Zyklon. Dans la toute première colonne une section est intitulée « Explosionsgefahr » ou « Danger d’explosion » ; comme le veut l’usage en pareil cas, sont indiquées les limites dans lesquelles, en principe, existe ce danger et celles dans lesquelles, aussi en principe, il n’existe pas. Les fabricants ne cachent rien des dangers et des complications dans l’utilisation de leur produit.
Personnellement, j’avais trouvé mention de ce document en lisant la première édition du gros ouvrage de Raul Hilberg The Destruction of the European Jews (1961 ; édition de 1967, Quadrangle Books, Chicago, p. 567, n. 55, reproduit en 1985 dans la note 70 de la page 886 de la « Revised and Definitive Edition » – Holms & Meier, New York et Londres – du même ouvrage). Bien que Hilberg ne fournît aucun extrait ni aucun détail de NI-9912 mais seulement son titre, j’ai pu trouver le document lui-même au Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) de Paris, que je fréquentais assidûment depuis le début des années 1960 jusqu’au commencement de 1977, quand je fus exclu sous la menace du sieur Meram, d’être éjecté par la force si j’y remettais les pieds. Pour la traduction de NI-9912, voyez soit les pages 165-178 de mon Mémoire en défense contre ceux qui m’accusent de falsifier l’Histoire / La Question des chambres à gaz, Paris, la Vieille Taupe, 1980, XXIV-280 p., soit Traduction du document NI-9912 de Nuremberg à la date du 1er janvier 1977 dans le blog qui porte mon nom.
Gazer au HCN des lieux ou des objets n’était pas une sinécure. Gazer au HCN un être humain, comme on le faisait aux Etats-Unis, était bien plus compliqué et périlleux. Gazer au HCN des foules humaines sans se cyanurer soi-même aurait relevé de la quadrature du cercle. Jamais je n’ai pu obtenir qu’on m’explique comment, techniquement, un tel meurtre de masse aurait été possible, ne fût-ce qu’une seule fois et, à plus forte raison, comment cette opération aurait été possible des milliers de fois, surtout dans des bâtiments de crémation !
Depuis la fin des années 1970 j’ai beaucoup exploité le contenu de ce document NI-9912 (ainsi que du document NI-9098, traitant également de l’emploi de l’acide cyanhydrique) dans mes publications et mes conférences, notamment lors d’une réunion organisée à New York par Fritz Berg lui-même ; peu auparavant il m’avait reçu à son domicile avec sa mère à ses côtés.
Combinant les riches données de ce document avec le résultat de ma découverte, le 19 mars 1976, au Musée d’Etat d’Auschwitz, des plans de construction des cinq crématoires d’Auschwitz et de Birkenau (plans gardés cachés sur les lieux depuis la fin de la guerre !), j’ai été à même de démontrer l’inanité de la « confession » de Rudolf Höss, l’un des trois commandants successifs du camp d’Auschwitz-Birkenau. Selon lui, quand les cris des victimes avaient cessé dans la « chambre à gaz », un appareil de ventilation était « immédiatement » (sofort) mis en marche et les membres de « l’équipe spéciale » (Sonderkommando) entraient et régulièrement démêlaient jusqu’à 2000 cadavres les uns des autres. Ainsi le veut le récit de R. Höss. « Bei Leichenschleppen aßen sie oder rauchten » : « En traînant et sortant les cadavres ils mangeaient ou fumaient ». Autrement dit, ils ne portaient pas même de masques à gaz ni ne craignaient de causer une explosion. Du pur roman ! Vu les dimensions de ce qui, en réalité, n’était , selon les plans que j’avais découverts que de simples « Leichenkeller » (dépositoires [semi-enterrés] pour les cadavres), le gaz n’aurait pas été nécessaire puisque 2000 personnes tassées dans un espace de 70m x 30m se seraient rapidement asphyxiées. Dans mon Mémoire en défense …, la pièce annexe n° 13, susmentionnée, était présentée dans les termes suivants : « Le document NI-9912 : il anéantit tous les prétendus témoignages, sans exception, sur l’emploi du Zyklon B pour tuer des êtres humains ».
Installer dans un crématoire une « chambre à gaz » fonctionnant avec un gaz présentant un risque d’explosion (Explosionsgefahr) aurait été le comble de la sottise et de la folie. Voyez, par exemple, le crématoire-I, celui d’Auschwitz-I : il ne s’y trouvait pas la moindre séparation entre la pièce contenant les fours et l’espace qu’on ose qualifier de « chambre à gaz », un espace qui, en réalité, était un dépositoire pour cadavres (Leichenhalle) plus tard transformé en un abri anti-aérien pour l’infirmerie hospitalière des SS (Luftschutzbunker für SS Revier). Ajoutons qu’à la fin du prétendu gazage des victimes, le gaz chassé par l’appareil de ventilation aurait vite fait d’atteindre, à une vingtaine de mètres de là, ledit SS Revier : tous les SS présents et le personnel hospitalier auraient été gazés !
Enfin, supposons un instant que la Leichenhalle (dans le cas d’Auschwitz-I) ou les Leichenkeller (dans le cas des crématoires II et III de Birkenau) aient servi jour et nuit pour gazer de malheureuses victimes, peut-on nous dire où les Allemands auraient, en plus, entreposé quotidiennement les cadavres de civils ou de soldats qu’il fallait incinérer ? Que seraient des crématoires dépourvus de pièces pour y entreposer les cadavres en attente de crémation ?
Je suis au regret de ne pouvoir présentement en dire plus sur le sujet. Le temps me manque. A 86 ans, un cardiaque qui doit s’improviser le garde-malade de son épouse âgée de 83 ans et qui doit affronter six procès à la fois n’a que peu de temps devant lui. Si, contre mon gré, j’ai été conduit à rédiger ce texte, c’est que je souhaite que Fritz Berg cesse de contester des faits vérifiables et mette fin à ses attaques et à ses injures contre Fred Leuchter, Fredrick Töben et, à un moindre degré, contre Germar Rudolf. Et, ensuite, peut-être pourrait-il aussi cesser ses attaques et ses injures contre ma propre personne !
9 juillet 2015
PS : F. Berg ne craint pas d’affirmer que, si les Allemands avaient voulu tuer massivement les juifs, ils disposaient d’un moyen : leurs vastes hangars pour la désinfection de locomotives ou de wagons. Il se trompe. Il aurait dû se rappeler que tuer un être humain avec du Zyklon ou du HCN ne présente certes pas en soi de grandes difficultés tandis que – c’est une toute autre affaire – entrer dans un enclos pour aller y manipuler et sortir de là un seul cadavre tout imprégné de gaz cyanhydrique (ou, comme le veut le récit conventionnel de « l’Holocauste », des centaines ou des milliers de cadavres empoisonnés) serait suicidaire. J’ai tant traité du sujet et j’ai si souvent expliqué pourquoi les chambres à gaz des pénitenciers américains sont nécessairement très compliquées que je n’y reviendrai pas ici. Dans le blog qui porte mon nom on trouvera en anglais, à la date du 19 septembre 2009, un bref résumé de mon argumentation.

Ci-dessous, une page du magazine américain Life (22 décembre 1947) nous montre, dans sa seconde partie, le résultat désastreux d’une opération de fumigation par HCN, qui a été mal conduite.